"L'Histoire nous livre de nombreux témoignages de communautés qui se sont auto-digérées sous l'effet de la peur. Et dès lors, les liens entre êtres humains se désolidarisent, et l'on en vient aisément à avoir peur de son voisin. Ou plus exactement, à l'accuser lui, de notre peur à nous.

Chaque période a ainsi ses mots qui la cristallisent: sorcière; communiste; terroriste... Autant de mots-sanctions, qui ont un pouvoir performatif surprenant: aussitôt prononcés, ils condamnent. C’est inéluctable. C’est le propre de la dénonciation : le langage n’est plus liant ; il est une arme destinée à isoler.  Et dans une communauté, quelle qu’elle soit, le destin de l’individu marginalisé, à terme, c’est l’exil, ou la mort.

Aujourd'hui même, en ces temps ou "terrorisme" est devenu un mot courant du vocabulaire, on peut honnêtement penser qu’elle règne. Cette terreur, ce n’est pas seulement celle de la mort brutale des victimes d’attentats ; c’est celle qui nous fait envisager que sous chaque visage, il y a un ennemi potentiel.

 

Sorcières! n’est -et ne sera pas- un « spectacle témoignage ». Ce n’est pas un spectacle, mais un événement, au sens physique du terme : « Phénomène considéré comme localisé et instantané, survenant en un point et un instant bien déterminés ».

Dès la première résidence, un des objectifs de mise en scène et d’écriture est de créer une forme incluant le spectateur, dans lequel ses choix, sa sensibilité et sa personnalité influeront le cours de l’action. Il n’est pas spectateur, il est acteur. Joueur. Il est le héros de l’histoire.

Sorcières! a pour ambition d’advenir dans les villages, différemment à chaque fois. Devant l’église, dans la cour de la mairie, dans le prieuré, sur la place du village ; à des lieux symboliques forts pour la communauté.

Le projet s’articule donc autour de toutes ces logiques de dénonciations ; de ces mots qui condamnent ; et du tabou/totem qu’est l’enfance. La matière sera diverse : interviews vidéos, improvisations, jeux d’ambiances, mais aussi textes de théâtre (Brecht, Miller), de films (Fritz Lang)… autant de médias pour refléter le foisonnement de l’Histoire Humaine."

Antoine Prud'homme De La Boussinière

CRÉATION ET RÉSIDENCE - à partir du mois de juin au village d'Ancy-le-Franc (89)